Fraternité, solidarité : des droits et des devoirs



 Ce spectacle est un projet d’école, il s’adresse aux classes élémentaires du deuxième et troisième cycle. Il est conçu pour deux ou trois classes.

L’école est un agent de socialisation et d’intégration. Pour y parvenir, elle doit apprendre aux élèves à réfuter les discours sectaires, à refuser le racisme, la xénophobie et toutes formes de discrimination. Outre les programmes, le projet veut s’inscrire pour une meilleure solidarité, fraternité, contre la discrimination. Une lutte contre les préjugés qui touche la vie scolaire au quotidien dans les gestes et les mots.
Ce spectacle n’a pas de leçon à donner : il se propose par un travail pluridisciplinaire de faire réfléchir et d’ encourager par la connaissance, le droit à la différence.. Il vise à donner par des moyens artistiques des outils pour sensibiliser les enfants au respect, à l’acceptation de la diversité des cultures de notre monde, de nos modes d’expression.
Ce spectacle ouvrira les portes des droits et des devoirs de chacun dans la vie sociale. A travers le texte des chansons, les scènes de théâtre, les poésies…, l’enseignant pourra développer des apprentissages au plan cognitif, socioculturel et comportemental.
Selon le niveau et en collaboration avec l’enseignant, le spectacle se construira à partir d’un travail pédagogique axé sur :

Le travail du corps, la pose de la voix, le jeu théâtral (une pièce de théâtre sera mise en scène). Jouer avec les syllabes pour leur sonorité et le plaisir du son qu’elles émettent, jouer avec la rime, avec la phrase pour son rythme, ses accents, son sens.

La découverte d’instruments originaux qui sera l’occasion de connaître différentes cultures.

Les textes qui feront toujours le rapprochement avec la construction d’une attitude, d’un comportement respectueux des droits de l’homme. Ils seront l’occasion d’une réflexion philosophique et d’une prise de conscience.

L’expression corporelle qui mettra en scène le respect de la nature et les conditions nécessaires au bien vivre dans un environnement sain.

Parmi les chansons étudiées :

Né quelque part

Paroles de Maxime Le Forestier, musique de Maxime Le Forestier et Jean Pierre Sabar

« On choisit pas ses parents, on choisit pas sa famille
On choisit pas non plus, les trottoirs de Manille
De Paris ou d’Alger, pour apprendre à marcher
Etre né quelque part, être né quelque part
Pour celui qui est né
C’est toujours un hasard.

Nom’inqwando yes qxag iqwahasa »

Nom’inqwando yes qxag iqwahasa, dialecte Zoulou qui signifie : quand on a l’esprit violent on l’a aussi confus.
Zoulou, peuple sédentaire principalement installé en Afrique du Sud.

Exemple de poyrythmie à 4 voix :

Le respect :


La solidarité :
Chanson pour l’auvergnat de Georges Brassens


Spectacles d’école

Les nouveaux spectacles

Autour du chant

Autour de la danse

Autour du voyage

Théâtre musical

Création à partir d’un thème